Nous appeler

Réparation de Toiture Hauts-de-Seine (92)

‚úď Service ‚úď Savoir-faire ‚úď Expertise

La Remise en état de votre revêtement de toiture reste notre priorité à Hauts-de-Seine, 92

Vous vous êtes rendu compte que votre couverture a besoin d’une réparation à Hauts-de-Seine ? Vous ignorez comment résoudre ce problème ? Vous prévoyez des travaux de couverture ? Pas de panique, notre entreprise est  le couvreur à Hauts-de-Seine qui vous convient !

toiture endommagée réparé Hauts-de-Seine

Nous remettons en état tout type de toiture à Hauts-de-Seine

Avant de commencer une r√©paration de toiture, notre sp√©cialiste couvreur doit d√©buter par d√©tecter l‚Äôorigine des d√©g√Ęts, celle-ci peut √™tre vraiment vari√©e. L‚Äôexpert en couverture va donc mener un contr√īle visuel de votre toit par l‚Äôint√©rieur afin de d√©terminer les espaces o√Ļ il n‚Äôy a pas des tuiles ou ardoises. Ensuite, il grimpera sur votre toit pour faire un examen approfondi de ce recouvrement. A partir de ce diagnostic, il vous pr√©cisera quels sont les travaux d‚Äôentretien de toit √† Hauts-de-Seine qu‚Äôil peut effectuer pour assurer son syst√®me d‚Äô√©tanch√©it√©. Puis, il vous fournira un devis d‚Äôentretien de rev√™tement de toiture √† Hauts-de-Seine. Alors apr√®s votre consentement, nous pourrons d√©marrer les interventions.

La réparation de toiture à Hauts-de-Seine

La réparation de toiture se fait d’une manière intégrale lorsqu’elle est entièrement à renouveler. Cela peut être le cas si elle est véritablement vieille ou suite à des catastrophes naturelles. Dans cette circonstance, vous devrez faire intervenir votre société d’assurance. Notre société de couverture à Hauts-de-Seine
installe un b√Ęchage d‚Äôurgence qui sert √† prot√©ger votre toit de fa√ßon temporaire jusqu‚Äô√† ce qu‚Äôon puisse remettre votre toiture de mani√®re int√©grale.

Dans le cadre d’une remise en état de toiture à Hauts-de-Seine
partielle, la remise en √©tat la plus fr√©quente est le remplacement de tuiles que ce soit puisqu‚Äôelles se sont envol√©es ou parce que d‚Äôautres ont √©t√© bris√©es. Le remplacement de tuiles suit une r√®gle d√©termin√©e parfaitement maitris√©e par notre couvreur qui prendra toutes les pr√©cautions ad√©quates pour √īter la toiture √† changer et poser la nouvelle tuile en la fixant parfaitement √† toute la couverture de sorte que le tout soit solide et √©tanche.
Vous retrouverez √† la pointe de votre toiture une ligne de tuiles d√©nomm√©e fa√ģtage. La remise √† neuf de toiture peut toucher celui-ci lorsqu‚Äôil est ab√ģm√© ou qu‚Äôil se soul√®ve d√®s qu‚Äôil y a vent. Notre sp√©cialiste couvreur sur Hauts-de-Seine a des suggestions √† vous proposer afin que cela ne se manifeste plus.

Réfection des différentes parties sur votre toiture

couvreur sur le toit avec harnais entrain de réparer toit à Hauts-de-Seine

Par ailleurs, outre le remplacement de tuiles, la réparation de toiture à
pourra √©galement toucher les √©l√©ments mis en place sur la toiture. C‚Äôest dans ce cadre que notre agence de rev√™tement de toiture peut effectuer la remise √† neuf d‚Äôune pi√®ce de chemin√©e, colmater une fuite sur celle-ci ou bien remettre le syst√®me d‚Äô√©tanch√©it√© quand celle-ci est endommag√©e par une imparfaite jonction entre les ouvertures de toit ou entre des plaques photovolta√Įques et le rev√™tement de toiture. Il assurera tous les services de zinguerie indispensables.
Lorsque votre toiture se détériore, consultez notre entreprise de revêtement de toiture de manière que les services soient terminés rapidement. Cela vous permettra d’éviter d’avoir une facture de remise en état de toiture dans la ville de Hauts-de-Seine avec un montant véritablement supérieur !

Nous Appeler

À propos de Hauts-de-Seine

Les Hauts-de-Seine (/o d(…ô) s…õn/) sont un d√©partement fran√ßais constituant essentiellement depuis 1968 la proche banlieue ouest de la m√©tropole du Grand Paris, en r√©gion √éle-de-France. L’Insee et la Poste lui attribuent le code 92. Ses habitants, au nombre de 1¬†626¬†213 lors du recensement de 2020, sont appel√©s les Altos√©quanais[2]. Les Hauts-de-Seine, d’une superficie de 176¬†km, sont le deuxi√®me d√©partement fran√ßais au regard de la densit√© de population, avec environ 9¬†239,8¬†habitants par kilom√®tre carr√©. La pr√©fecture est Nanterre.

Le d√©partement des Hauts-de-Seine fait partie de la r√©gion √éle-de-France. Il est limitrophe des d√©partements de la Seine-Saint-Denis au nord-est, du Val-d’Oise au nord, des Yvelines √† l’ouest, de l’Essonne au sud, du Val-de-Marne au sud-est et de Paris √† l’est.

Avec les départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine forment une ceinture autour de Paris, appelée la petite couronne.

Du fait de sa forme ¬ę¬†englobante¬†¬Ľ et de sa position ¬ę¬†centrale¬†¬Ľ, c’est le d√©partement de la r√©gion parisienne qui touche le plus de d√©partements franciliens, six exactement (tous sauf la Seine-et-Marne).

Les Hauts-de-Seine sont le plus petit département de la couronne parisienne (et donc le plus petit département français, si on excepte Paris).

Avec une forme allongée et une taille réduite, les Hauts-de-Seine contiennent uniquement neuf villes qui ne soient pas en bordure du département.

En dehors des parcs et bois, les Hauts-de-Seine sont entièrement urbanisés, ce qui en fait un département-ville.

La Seine borde 17 des 36 communes des Hauts-de-Seine.

Trente-six ponts, dont vingt-quatre ponts routiers et quatre ponts ferroviaires, y enjambent la Seine. Parmi ces ponts, l’on trouve notamment le pont de Neuilly qui est le plus important pont urbain d’Europe pour le trafic routier, le pont ferroviaire d’Asni√®res qui, avec ses dix voies, est le pont ferroviaire le plus large d’Europe, et le pont de Saint-Cloud qui est le plus ancien des ponts des Hauts-de-Seine, la premi√®re version remonte en effet au IXe¬†si√®cle.

Le d√©partement des Hauts-de-Seine a la forme d’un croissant qui entoure tout l’ouest de Paris, allant de la plaine Saint-Denis au nord √† l’autoroute A6 au sud.

Sa principale caract√©ristique est d’√™tre travers√©e par la Seine qui y d√©crit deux courbes tr√®s accentu√©es, provoqu√©es par la pr√©sence de deux massifs de collines¬†:

Au nord, le d√©partement se compose de plaines alluviales, alors que le sud est form√© d’un plateau calcaire d’o√Ļ, pendant des si√®cles, ont √©t√© extraites des pierres pour la construction. Les carri√®res de Ch√Ętillon, Bagneux, Clamart ont donn√© naissance √† la plupart des monuments de Paris, et il reste aujourd’hui encore de nombreux souterrains. Le plateau calcaire est entaill√©, √† l’est, par la vall√©e de la Bi√®vre qui d√©limite par endroits le d√©partement.

Le d√©partement des Hauts-de-Seine est limitrophe des d√©partements de la Seine-Saint-Denis au nord-est, du Val-d’Oise au nord, des Yvelines √† l’ouest, de l’Essonne au sud, du Val-de-Marne au sud-est et de Paris √† l’est.

Le climat des Hauts-de-Seine est tr√®s proche de celui du reste du Bassin Parisien avec un hiver doux, des pluies relativement fr√©quentes en automne, un printemps doux et des temp√©ratures pas tr√®s √©lev√©es en √©t√© (24¬†¬įC). Il y r√®gne un micro-climat de quelques degr√©s plus √©lev√© que le reste de la partie nord de la France √† cause de l’effet d’√ģlot de chaleur urbain observ√© sur l’ensemble de l’agglom√©ration parisienne.

Les communes √† plus de 15¬†000 hab./km repr√©sentent moins de 17¬†% du territoire altos√©quanais, mais plus de 35¬†% de la population altos√©quanaise. De cette densit√©, coupl√©e √† une activit√© √©conomique √©lev√©e, r√©sulte un encombrement des transports en commun et du r√©seau routier fr√©quent, d’o√Ļ un n√©cessaire d√©veloppement du r√©seau RATP/SNCF, actuellement bien moins dense que dans Paris intra-muros pour une activit√© et une densit√© parfois grandement sup√©rieures.

Avec 44 gares de transilien, 23 stations de métro, 13 stations de tramway et 19 stations de RER, les Hauts-de-Seine comptent 97 stations de transport lourd.

Cela fait 0,55 station par kilomètre carré, ou une station pour 15 975 habitants (population 2008).

Les extensions en cours et nouvelles lignes devraient porter le nombre de stations √† 134 d’ici 2012 (source RATP), soit en moyenne 0,76 station par kilom√®tre carr√©.

Les Hauts-de-Seine (territoire actuel) sont un des lieux de naissance du transport en commun, avec la premi√®re ligne de transport en commun en train qui les traversait d√®s 1837, sous le r√®gne du Roi Louis-Philippe I (monarchie de juillet)¬†: la ligne Paris – Saint-Germain-en-Laye, inaugur√©e par la reine Marie-Am√©lie le , s’arr√™tant dans les gares des villes actuelles de Clichy et Levallois-Perret, Asni√®res-sur-Seine, La Garenne-Colombes, Nanterre et Rueil-Malmaison.

√Ä la suite de l’annulation d’une d√©cision du Tribunal des r√©f√©r√©s par le Conseil d’√Čtat le 11 juillet 2008, le syst√®me de v√©los en libre-service V√©lib’ a pu √™tre √©tendu aux douze communes des Hauts-de-Seine qui bordent Paris intramuros et le Bois de Boulogne.

L’h√©liport de Paris – Issy-les-Moulineaux (OACI¬†: LFPI) est un h√©liport situ√© √† Paris, au-del√† de la porte de S√®vres et du boulevard p√©riph√©rique sud, dans une zone constituant une extension du 15 arrondissement limitrophe de la commune d’Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine. Ce lieu est c√©l√®bre pour avoir contribu√© √† l’histoire de l’a√©ronautique au d√©but du XXe¬†si√®cle. Il est exploit√© par A√©roports de Paris.

Le trafic fluvial sur la Seine est important aux abords du port de Gennevilliers, premier port d’√éle-de-France, premier port fluvial fran√ßais (devant ceux de Strasbourg sur le Rhin et Lyon sur le Rh√īne), et second port fluvial europ√©en (apr√®s Duisbourg en Allemagne).

Le port de Gennevilliers est géré par Ports de Paris et est desservi par un embranchement ferroviaire et un oléoduc. Ports de Paris gère également le port de Nanterre situé dans la ZAC des Guilleraies.

Pour le r√©seau routier national, le d√©partement est bord√© √† l’Est par le boulevard p√©riph√©rique de Paris et au nord, √† l’ouest et au sud par l’A86 (super-p√©riph√©rique parisien). Il est irrigu√© par la N118 au d√©part de S√®vres qui descend vers l’Essonne avec un √©changeur avec l’A86 au niveau du Petit Clamart, l’A13 depuis Paris pr√®s de Boulogne-Billancourt, reli√©e au p√©riph√©rique de Paris au niveau de la porte de Saint-Cloud, l’A14 √† partir de La D√©fense (au niveau de Courbevoie et Puteaux) qui se dirige vers le nord-ouest en passant par Nanterre en tunnel, la RN13 qui traverse Neuilly-sur-Seine entre Paris (porte Maillot) et Courbevoie/Puteaux et se termine en boulevard circulaire de La D√©fense et la N315 √† Gennevilliers.

L’Axe historique est √©galement un axe routier de premier plan, joignant le Mus√©e du Louvre, la place de la Concorde, les Champs-√Člys√©es, la place de l’√Čtoile et la porte Maillot dans le d√©partement de Paris, et Neuilly-sur-Seine puis la D√©fense dans les Hauts-de-Seine. Dans Paris, en amont, cet axe routier commence par joindre la place de la Nation √† la place de la Bastille, au Marais et √† l’h√ītel de ville de Paris. Cet axe de premier plan est l’objet d’√©tudes importantes pour un enfouissement partiel de la RN13 (avenue Charles de Gaulle) √† Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

Une grande partie du r√©seau routier national a √©t√© d√©class√© en r√©seau routier d√©partemental entre 1980 et 2006. Les routes d√©partementales principales sont¬†: la RD7 (voie rive gauche de Seine), la RD1 (voie rive droite de Seine) coup√©e en deux parties par la travers√©e du Bois de Boulogne, la RD986 entre Villeneuve-la-Garenne et Nanterre, la RD913 entre Puteaux et Rueil-Malmaison, la RD906 entre Montrouge et Clamart, la RD907 entre Boulogne-Billancourt et Vaucresson, la RD985 entre Suresnes et Ville d’Avray, la RD131 entre Nanterre et La Garenne-Colombes.

Le département des Hauts-de-Seine est le premier département de France en kilomètres de tunnels routiers de plus de 300 m (22,5 km).

Le RER A et la ligne L de Saint-Lazare se partagent les voies de la plus ancienne ligne d’√éle-de-France entre Saint-Lazare et Le Pecq (premier terminus) puis Saint-Germain-en-Laye. En effet, le nord du d√©partement a connu les d√©buts du d√©veloppement du transport ferroviaire d√®s la premi√®re moiti√© du XIX¬†si√®cle (1837), et contient des voies ferr√©es nombreuses. Le pont ferroviaire d’Asni√®res comporte dix voies. Les gares de cette ligne, m√™me si elles ont chang√© d’apparence ou de nom, sont toujours pr√©sentes¬†: Asni√®res-sur-Seine, La Garenne-Colombes, Nanterre-Ville et Rueil-Malmaison.

Le département est traversé par les lignes de RER A, RER B et RER C, transilien J, L, N, U, parcouru par les lignes de métro 1, 3, 4, 9, 10, 12, 13, et les lignes de tramway 1, 2 et 6.

Les projets de la région devraient faire également arriver la ligne E du RER.

Dans le futur, le département sera desservi par :

Le d√©partement est travers√© par une piste cyclable continue de 14¬†kilom√®tres, la Coul√©e verte du sud parisien. Cette coul√©e verte s’√©tend de la gare Montparnasse √† Paris, √† Massy en Essonne, tout en traversant sept communes des Hauts-de-Seine, Malakoff, Ch√Ętillon, Bagneux, Fontenay-aux-Roses, Sceaux, Ch√Ętenay-Malabry et Antony.

Cet axe privil√©gi√© pour la pratique du cyclisme peut √™tre parcouru en V√©lib’ disponible dans douze communes du d√©partement, uniquement celles qui bordent le territoire de la Mairie de Paris¬†: Clichy, Levallois-Perret, Neuilly-sur-Seine, Puteaux, Suresnes, Saint-Cloud, S√®vres, Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Vanves, Malakoff (o√Ļ passe la Coul√©e verte du sud parisien) et Montrouge. Un tiers des communes du d√©partement sont donc √©quip√©es en V√©lib’, mais les liaisons intra-d√©partementales en V√©lib’ ne sont pas facilit√©es pour autant, ces communes formant une longue bande qui suit le boulevard p√©riph√©rique du nord au sud de Paris √† l’ouest. Le syst√®me de location de v√©los de la Mairie de Paris est plut√īt con√ßu pour des trajets trans-p√©riph√©riques.

L’esplanade et le parvis de La D√©fense ne sont plus interdits aux v√©los depuis 2015. les joints des dalles du parvis repr√©sentaient un danger pour les roues des v√©los qui peuvent s’y encastrer. Aucune station V√©lib’ ne se situe dans le quartier d’affaires. La station la plus proche se situe √† Puteaux, rue Alexandre Soljenitsyne, et comporte soixante points d’attache.

Le d√©partement des Hauts-de-Seine est en majorit√© issu du d√©partement de la Seine (75), originellement ¬ę¬†Paris¬†¬Ľ. Une portion importante du d√©partement correspond √† ce qui √©tait les hauts du d√©partement de la Seine, dominant l’ancien d√©partement. Le nom du d√©partement num√©ro 92 r√©pond √† une logique √©l√©mentaire¬†: les hauts de Seine ont donn√© le d√©partement des Hauts-de-Seine.

La d√©couverte d’un large espace d’urbanisation proto-urbain (15¬†hectares) sur le territoire de l’actuelle Nanterre laisse supposer que Lut√®ce se trouvait sur la boucle nord des Hauts-de-Seine et non sur l’√éle de la Cit√©.

En effet, en 2003, a été découvert une importante nécropole gauloise datant de la fin du VI siècle Рdébut du IIIe siècle avant notre ère.

On trouve dans la ville de Malakoff, un polissoir datant du n√©olithique, situ√© boulevard Cam√©linat, devant le mur de cl√īture de l’ancien pensionnat Notre-Dame. C’est le plus ancien vestige de la ville.

Le territoire des Hauts-de-Seine est issu des d√©partements de la Seine et de Seine-et-Oise qui furent deux des 83 d√©partements cr√©√©s √† la R√©volution fran√ßaise, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 d√©cembre 1789, √† partir d’une partie de la province d’√éle-de-France.

Le d√©partement des Hauts-de-Seine a √©t√© cr√©√© le , en application de la loi du , conform√©ment au d√©cret d’application du [5], √† partir de la partie ouest de l’ancien d√©partement de la Seine (27 communes) et d’une petite portion de celui de Seine-et-Oise (9 communes¬†: Chaville, Garches, Marnes-la-Coquette, Meudon, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, S√®vres, Vaucresson et Ville-d’Avray).

La Pr√©fecture des Hauts-de-Seine se situe √† Nanterre dans une tour de 113¬†m√®tres de hauteur de l’architecte Andr√© Wogenscky, disciple de Le Corbusier.

Les premiers villages toujours existants du d√©partement sont contemporains des d√©buts de Paris. Selon des d√©couvertes r√©centes √† Nanterre, Lut√®ce se serait trouv√©e dans le Nord du d√©partement des Hauts-de-Seine et non sur l’√ģle de la Cit√© √† Paris.

L’urbanisation du d√©partement a fait un bond en avant dans la premi√®re moiti√© du XIX¬†si√®cle avec le d√©veloppement du r√©seau ferr√© de transport en commun d√®s 1837.

Certains lieux jusque-l√† faiblement b√Ętis ont profit√© de l’arriv√©e d’une gare les reliant rapidement √† Paris pour se d√©velopper. L’av√®nement du r√©seau ferr√© a jou√© un r√īle pr√©pond√©rant dans l’urbanisation locale et parfois dans l’histoire des communes. Les voies ont localement mat√©rialis√© des fronti√®res entre quartiers d’une m√™me ville, qui ont fini par se d√©tacher. En 1910, 73 ans apr√®s la s√©paration physique du quartier de La Garenne de Colombes, La Garenne-Colombes a obtenu son ind√©pendance, d√©montrant la dynamique qu’avait apport√© le r√©seau ferr√© au territoire desservi.

Le d√©veloppement du d√©partement a dans un premier temps suivi celui de Paris, qui avec l’arriv√©e de nombreux provinciaux (exode rural) ou √©trangers (europ√©ens ou ex-colonies) n’avait pas la place suffisante pour les accueillir.

√Ä la fin du XX¬†si√®cle et au d√©but du XXIe, le d√©veloppement des Hauts-de-Seine ne d√©pend plus de celui de Paris, mais de l’agglom√©ration parisienne dans son ensemble. Paris ne repr√©sente plus que 20¬†% de la population de l’agglom√©ration et n’en concentre plus la majorit√© des emplois. Les Hauts-de-Seine font largement partie du cŇďur d’agglom√©ration qui, lui, en comprend la majorit√© de la population et des emplois.

Les Hauts-de-Seine conservent un potentiel de d√©veloppement d√©mographique important avec une densit√© de population en 2006 de 8700 habitants au kilom√®tre carr√©, contre 20¬†800 pour Paris, mais son potentiel de d√©veloppement √©conomique est moins √©vident. Deux courants d’id√©e s’opposent, entre une volont√© de r√©√©quilibrage des emplois en √éle-de-France qui voudrait que l’emploi se d√©veloppe davantage dans l’est de l’agglom√©ration, et une volont√© de renforcer le r√īle de La D√©fense comme centre d’affaires de premier plan et potentielle place financi√®re.

En 2020, le département comptait 1 626 213 habitants, en augmentation de 1,78 % par rapport à 2014 (France hors Mayotte : +1,9 %).

Selon les chiffres de l’INSEE, l’√©volution de la population entre le recensement de 1999 et celui de 2007 n’est pas uniforme sur le d√©partement, mais conna√ģt une tendance haussi√®re sur la totalit√© des communes, √† l’exception de Ville-d’Avray (- 0,5¬†% par an) et de Gennevilliers (- 0,1¬†%), alors que la population de Garches et de Sceaux est √† peu pr√®s stable. √Ä l’autre bout de la fourchette, six communes connaissent des taux de croissance proches de 2¬†% ou sup√©rieurs¬†: Montrouge (+ 2,7¬†%), Courbevoie (+ 2,5¬†%), Issy-les-Moulineaux (+ 2,1¬†%), Clichy (+ 2,0¬†%), Levallois-Perret (+ 1,8¬†%) et Bois-Colombes (+ 1,8¬†%). Ces derni√®res communes ont la particularit√© d’√™tre √† proximit√© imm√©diate soit de Paris intramuros, soit de La D√©fense.

Sans compter les 1 500 hectares de bois (Forêt de Fausses-Reposes, Forêt de Meudon, Parc de Sceaux, etc.) que contient le département, la densité est de 9 239,8 hab./km en 2020. Pour comparaison, la densité à Londres est de 5 667 hab./km2 en 2018, à Tokyo de 6 313 hab./km en 2018 et à New York de 7 101 hab./km2 en 2017.

Le d√©partement comprend une commune de plus de 100¬†000¬†habitants¬†: Boulogne-Billancourt. La population des villes d√©pend grandement des limites g√©ographiques des villes, donc de leur histoire, puisque le d√©partement est dans sa grande majorit√© b√Ęti. La s√©paration de Colombes il y a un si√®cle en trois villes (Colombes, Bois-Colombes et La Garenne-Colombes) illustre bien cette id√©e¬†; en effet, sans cette s√©paration, Colombes aurait pes√© en 2007 (Insee) 137¬†153¬†habitants. De m√™me pour Clichy et Neuilly-sur-Seine qui ont c√©d√© toutes les deux des terres √† Paris et Levallois-Perret. La population des villes a donc un sens assez limit√©. Les densit√©s sont plus pertinentes.

Cette densit√© de 9¬†239,8¬†hab./km, tr√®s √©lev√©e par rapport √† la densit√© moyenne de l’√éle-de-France (1¬†021,6¬†hab./km2), n’est pas uniforme sur le territoire altos√©quanais. On distingue grossi√®rement quatre types de communes¬†:

Un parall√®le serait √† faire entre cette r√©partition et le fait que S√®vres, Chaville, Ville-d’Avray, Saint-Cloud, Meudon, Marnes-la-Coquette, Vaucresson, Garches et Rueil-Malmaison faisaient partie du d√©partement de Seine-et-Oise (78), tandis que le reste des communes faisait partie du d√©partement de la Seine (anciennement Paris) (75) avant 1968.

La pr√©sidence du conseil d√©partemental des Hauts-de-Seine est assur√©e par Georges Siffredi (LR) depuis le , √† la suite de la mort de Patrick Devedjian,. Ce dernier avait succ√©d√© √† Nicolas Sarkozy (UMP), qui avait d√Ľ d√©missionner de la pr√©sidence du conseil g√©n√©ral apr√®s son √©lection comme pr√©sident de la R√©publique fran√ßaise le .

Les Hauts-de-Seine sont liés intimement à de nombreuses figures politiques françaises majeures.

Les communes du département font partie depuis le 1 janvier 2016 de la métropole du Grand Paris. Elles sont réparties en quatre établissements publics territoriaux.

Il comptait auparavant cinq communaut√©s d’agglom√©ration enti√®rement dans son territoire¬†:

Par ailleurs, les cinq communes d’Antony, Bourg-la-Reine, Ch√Ętenay-Malabry, Le Plessis-Robinson et Sceaux, dans le sud du d√©partement, faisaient partie de la communaut√© d’agglom√©ration des Hauts-de-Bi√®vre (en beige), une communaut√© d’agglom√©ration interd√©partementale avec deux autres communes de l’Essonne (Verri√®res-le-Buisson et Wissous). Le d√©partement comptait aussi une communaut√© de communes, la communaut√© de communes de Ch√Ętillon-Montrouge (en rouge), qui regroupe Ch√Ętillon et Montrouge.

Ainsi, vingt-sept communes des Hauts-de-Seine (sur 36) faisaient partie d’une intercommunalit√©.

La pr√©fecture des Hauts-de-Seine se situe √† Nanterre. Le d√©partement se subdivise en deux sous-pr√©fectures, l’une √† Antony l’autre √† Boulogne-Billancourt. En octobre 2011, la presse a relay√© des t√©moignages n√©gatifs sur les services de la sous-pr√©fecture d’Antony,.

Le département est composé de 3 arrondissements (Nanterre, Antony et Boulogne-Billancourt), 23 cantons et 13 circonscriptions législatives.

La plus petite commune du d√©partement a approximativement la taille du plus petit arrondissement parisien, et la plus grande commune du d√©partement a approximativement la taille du plus grand arrondissement parisien. Mais les communes ne sont absolument pas organis√©es comme les arrondissements parisiens, puisqu’elles sont par leur essence des communes diff√©rentes, tandis que les arrondissements parisiens font partie de la m√™me commune, avec une unique mairie et des mairies d’arrondissement. Pour accro√ģtre la coop√©ration entre ces communes, elles se sont constitu√©es en communaut√©s de communes ou d’agglom√©ration.

Sur le nord du d√©partement se trouve le quartier de La D√©fense qui s’√©tale sur plusieurs communes de tendances politiques diff√©rentes¬†: Courbevoie, Nanterre et Puteaux.

Voir √©galement les articles relatifs aux communes, anciennes communes et intercommunalit√©s ainsi qu’aux conseillers g√©n√©raux, d√©put√©s, maires, pr√©fets et s√©nateurs.

Le d√©partement est de mani√®re g√©n√©rale ancr√© √† droite et au centre-droit. Les variations peuvent cependant √™tre tr√®s √©lev√©es d’une commune √† l’autre.

Lors de l’√©lection pr√©sidentielle fran√ßaise de 2012, Nicolas Sarkozy (UMP) est arriv√© en t√™te au premier tour √† l’√©chelle du d√©partement avec 35¬†% des voix, Fran√ßois Hollande (PS) ayant r√©alis√© 30,2¬†%, Fran√ßois Bayrou (MoDem) 10,7¬†%, Jean-Luc M√©lenchon (FG) 10,4¬†% et Marine Le Pen (FN) 8,5¬†%. Les Hauts-de-Seine se distinguent ainsi nettement de la moyenne nationale avec un fort vote pour la droite r√©publicaine coupl√© √† un tr√®s faible vote Front national. Au second tour, Nicolas Sarkozy a, contrairement √† l’√©chelle nationale, devanc√© Fran√ßois Hollande de justesse avec 50,5¬†% des voix. Cependant, on observe un √©cart tr√®s fort entre certaines communes, allant de 77¬†% des voix pour Hollande √† Gennevilliers √† 84¬†% des voix pour Sarkozy √† Neuilly-sur-Seine.

Lors des √©lections l√©gislatives de 2012, sur les 13 circonscriptions l√©gislatives que comptent les Hauts-de-Seine, 5 sont d√©tenues par l’UMP, 4 par le PS, 2 par l’UDI et 1 est d√©tenue par le Front de gauche. Depuis les √©lections s√©natoriales de 2011, sur les 7 s√©nateurs que compte le d√©partement, 3 adh√®rent √† l’UMP; le PS, l’UDI, EELV et le PCF en ont un chacun.

Lors des √©lections municipales de 2014, furent √©lus, dans les 36 communes du d√©partement, 22 maires UMP, 7 maires UDI, 4 maires FG, 2 maires divers droite et un seul maire PS, ce dernier ayant vu son √©lection invalid√©e l’ann√©e suivante.

Les √©lections d√©partementales de 2015 ont vu l’√©lection de 28 conseillers de droite et 8 conseillers de gauche (dont la moiti√© Front de gauche). Patrick Devedjian (UMP) fut ainsi r√©√©lu pr√©sident du Conseil d√©partemental des Hauts-de-Seine.

Globalement, le département se divise entre une majorité de communes aisées qui votent traditionnellement pour la droite classique ou le centre-droit (UMP-UDI), et une minorité de communes défavorisées dirigées par la gauche radicale (Front de Gauche). Seule constante, le Front national réalise des scores très bas dans la totalité du département (environ deux fois moins que la moyenne nationale).

Les Hauts-de-Seine font partie de l’acad√©mie de Versailles. Le d√©partement g√®re les 54¬†000 coll√©giens inscrits dans les 98 coll√®ges publics.

Plusieurs √©tablissements d’enseignement sup√©rieur se trouvent dans le d√©partement, tels que l’Universit√© Paris Ouest Nanterre La D√©fense (Nanterre, Ville-d’Avray, Saint-Cloud), principal √©tablissement du d√©partement avec 33¬†000¬†√©tudiants, mais aussi le P√īle d’enseignement sup√©rieur L√©onard-de-Vinci qui regroupe l’ESILV, l’EMLV, l’IIM, un campus de SKEMA Business School et un site de l’Universit√© Paris-Dauphine (La D√©fense), un campus de CentraleSup√©lec (Ch√Ętenay-Malabry), un campus de l’ESSEC (La D√©fense), trois campus de l’Universit√© Paris Descartes (Boulogne-Billancourt, Malakoff, Montrouge), trois campus de l’Universit√© Paris-Sud (Ch√Ętenay-Malabry, Sceaux, Fontenay-aux-Roses), l’EDC (La D√©fense), un campus de l’I√ČSEG (La D√©fense), un campus de l’ESSCA (Boulogne-Billancourt) ou encore un campus de l’EPF (Sceaux) et un campus de l’ESEO (Saint-Cloud).

Au total, près de 150 000 personnes étudient dans le département.

Six h√īpitaux de Paris (AP-HP) se trouvent dans le d√©partement, Ambroise-Par√© √† Boulogne-Billancourt, Antoine-B√©cl√®re √† Clamart, Beaujon √† Clichy, Louis-Mourier √† Colombes, Raymond-Poincar√© √† Garches et Corentin-Celton √† Issy-les-Moulineaux.

Le d√©partement comprend aussi des h√īpitaux publics hors AP-HP, parmi lesquels le Centre hospitalier de Courbevoie-Neuilly-Puteaux et le Centre hospitalier des quatre villes (Saint-Cloud, S√®vres, Chaville, Ville-d’Avray).

Plusieurs h√īpitaux priv√©s sont √©galement install√©s dans le d√©partement dont l’h√īpital priv√© d’Antony et l’h√īpital Foch √† Suresnes.

Tout comme pour Paris, mais aussi pour la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, la sécurité et la police ne dépendent pas dans les Hauts-de-Seine des maires ou du préfet, mais de la préfecture de police de Paris (depuis le 14 septembre 2009) .

En 2005, le taux de criminalité pour le département est de 70,9 crimes et délits pour 1 000 habitants, pour une moyenne nationale de 83. Certaines villes avaient en 2005 un taux inférieur à 50 (49,9 à La Garenne-Colombes).

Les Hauts-de-Seine abritent des établissements aux compétences nationales :

Les Hauts-de-Seine abritent également des organisations à directives mondiales :

Le d√©partement comprend des mus√©es, des cin√©mas et des th√©√Ętres souvent mis entre parenth√®ses du fait du nombre et du prestige des mus√©es, des cin√©mas et des th√©√Ętres de Paris accessibles aux habitants altos√©quanais.

Le centre de formation d’art lyrique et l’√©cole de danse de l’Op√©ra de Paris se situent √† Nanterre.

Quelques lieux se d√©tachent tels que l’UGC Cin√© Cit√© La D√©fense (aux Quatre Temps), le M√©garama de Villeneuve qui comprend la deuxi√®me plus grande salle de France apr√®s le Grand Rex et le plus grand √©cran d’Europe, ou le th√©√Ętre des Amandiers de Nanterre.

Les Hauts-de-Seine sont partiellement travers√©s par l’Axe historique de Paris.

Les Hauts-de-Seine accueillent r√©guli√®rement de grands festivals musicaux principalement dans le parc de Saint-Cloud et sur le parvis de La D√©fense, d’o√Ļ sont g√©n√©ralement aussi tir√©s des feux d’artifice.

Rock en Seine, La D√©fense Jazz Festival ou encore le festival Chorus comptent parmi les √©v√©nements les plus m√©diatis√©s. C’est √† l’occasion du festival Chorus qu’a lieu le Tremplin de la chanson des Hauts-de-Seine, qui a permis de d√©couvrir et de lancer notamment Lynda Lemay, B√©nabar ou encore Ana√Įs.

Antony organise son Place au Jazz chaque année.

Le 14 juillet 1990, le concert gratuit de Jean Michel Jarre donné à La Défense a attiré un nombre record de visiteurs pour un concert de 2 500 000 personnes.

Le stade Paris La D√©fense Arena (anciennement U Arena) ouvert en octobre 2017 dispose √©galement d’une configuration concerts et spectacles lui permettant d’accueillir jusqu’√† 40¬†000¬†spectateurs[18]. Cette arena d√©di√©e principalement √† l’√©quipe de rugby professionnelle du Racing Club de France, auparavant bas√©e au stade olympique de Colombes, se trouve √† Nanterre, entre l’Arche de la D√©fense et la pr√©fecture de Nanterre. Sa capacit√© maximale en configuration concert le place devant le Bercy Arena limit√© √† 18¬†000¬†places, dotant le Grand Paris d’une nouvelle salle de spectacle √† grande capacit√© et compl√©tant l’offre de Bercy (12 arrondissement) et du Z√©nith (19e arrondissement, 6¬†293¬†places).

Le Festival Ptit Clap cr√©√© en 2010 par la ville de Levallois-Perret, permet √† tous les jeunes de 15 √† 25 ans de participer √† un concours de r√©alisation d’un court-m√©trage. Ce concours a pour ambition de mettre en avant les talents de demain en les aidant √† se faire conna√ģtre et reconna√ģtre par les professionnels du cin√©ma. De nombreuses personnalit√©s du 7 Art comme Eric Toledano, Olivier Nakache, Nicole Calfan ou encore Philippe Lellouche ont particip√© aux jurys. Depuis 2012, Arnaud Tsam√®re est le parrain de Ptit Clap. Aujourd‚Äôhui, le Festival Ptit Clap est devenu un rendez-vous incontournable de la jeune g√©n√©ration de cin√©astes. En 2016, ce sont 372 films qui ont √©t√© r√©ceptionn√©s depuis une trentaine de pays.

En 2008, 641 460 tonnes de déchets ménagers et assimilés ont été collectées dans les Hauts-de-Seine, soit 412 kg/hab..

Courbevoie a accueilli les √©preuves d’aviron, de natation et de water-polo des Jeux olympiques d’√©t√© de 1900. Le crawl y fut nag√© pour la premi√®re fois aux Jeux olympiques.

L’Hippodrome de Saint-Cloud (depuis 1901) est un hippodrome de galop.

Le Haras de Jardy (depuis 1890), √† Marnes-la-Coquette, est un haras de r√©putation internationale, devenu parc omnisports √† dominante hippique. Avec ses 2500 cavaliers et ses 200 chevaux, c’est le premier centre √©questre de France.

Le stade olympique Yves-du-Manoir √† Colombes a notamment accueilli les Jeux olympiques d’√©t√© de 1924, la finale de la coupe du monde de football 1938 et nombre de finales de la coupe de France de football et de championnat de France de rugby √† XV ainsi que des rencontres des √©quipes de France de football et de rugby √† XV.

Un nouveau stade, l’Arena 92, dot√© d’un toit, ouvre en octobre 2017¬†; il dispose d’une configuration concerts et spectacles lui permettant d’accueillir 30¬†000¬†spectateurs, sur la ville de Nanterre pr√®s de l’Arche de La D√©fense. Ce stade est la nouvelle ar√®ne du Racing 92, auparavant bas√© √† Yves-du-Manoir.

Le club du Levallois Metropolitans, bas√© √† Levallois et le club Jeunesse sportive des Fontenelles de Nanterre, bas√© √† Nanterre, √©voluent en Pro A. Ce dernier a connu une √©volution fulgurante ces derni√®res ann√©es, passant de la Pro B au titre de champion de France en 2013, suivi d’une victoire en Coupe de France en 2014 puis d’un titre en Eurochallenge (troisi√®me comp√©tition europ√©enne de basket-ball) en 2015.

Le district de football des Hauts-de-Seine g√®re, sous l’√©gide de la f√©d√©ration fran√ßaise de football et de la ligue de Paris – √éle-de-France, le football dans les Hauts-de-Seine, ainsi que dans la ville de Paris, seul d√©partement francilien qui ne s’est pas dot√© de son district propre, et dont les clubs sont √©parpill√©s au sein de trois districts¬†: celui de la Seine-Saint-Denis, celui du Val-de-Marne et donc celui des Hauts-de-Seine.

Le club du Racing Club de France football Colombes 92 (depuis 1896) est basé à Colombes.

Le club de football am√©ricain des Molosses d’Asni√®res (depuis 1992) est bas√© √† Asni√®res-sur-Seine et √©volue parmi l’√©lite fran√ßaise depuis 1994.

La fosse aquatique de Villeneuve-la-Garenne est l’une des sept fosses de plong√©e les plus profondes de France (20¬†m√®tres de profondeur) et au troisi√®me rang europ√©en et mondial. Elle comprend diff√©rents espaces d’√©volution √† des profondeurs de -2,3 m√®tres, -5 m√®tres, -10 m√®tres et jusqu’√† -20 m√®tres. La future fosse de plong√©e d’Antony devrait voir le jour au sud du d√©partement en 2017.

Le club de rugby Racing 92 (depuis 1882) est basé à Colombes et joue dans le Championnat de France de rugby à XV.

Le club Asnières Volley 92 (depuis 1948) est basé à Asnières-sur-Seine et évolue en Ligue B. Le Plessis-Robinson Volley-ball évolue également en Ligue B depuis la saison 2010-2011.

La Cath√©drale Sainte-Genevi√®ve-et-Saint-Maurice de Nanterre est d√©di√©e √† sainte Genevi√®ve, n√©e √† Nanterre, patronne du dioc√®se de Nanterre et de la ville de Paris, et √† Saint Maurice d’Agaune, soldat romain converti au christianisme et ses compagnons martyrs.

Selon la tradition, une chapelle avait √©t√© construite autour du puits de la maison de Sainte Genevi√®ve √† Nanterre, dont l’eau avait gu√©ri la m√®re de Genevi√®ve de sa c√©cit√©. Cet endroit fut longtemps un lieu de p√®lerinage o√Ļ vinrent notamment Saint Louis et sa m√®re Blanche de Castille, Louis XIII et Anne d’Autriche.

Dans les Hauts-de-Seine, quatre paroisses orthodoxes rel√®vent du vicariat Sainte-Marie-de-Paris-et-Saint-Alexis-d’Ugine, qui regroupe les paroisses de tradition russe aupr√®s de la m√©tropole orthodoxe grecque de France, une juridiction du patriarcat Ňďcum√©nique de Constantinople¬†:

La paroisse Saints-Rapha√™l-Nicolas-et-Ir√®ne dispose d’une chapelle am√©nag√©e dans les locaux du foyer hell√©nique de jeunes √† Ch√Ętenay-Malabry¬†; elle d√©pend directement de la m√©tropole orthodoxe grecque de France.

La paroisse de la Descente-du-Saint-Esprit, √† Clichy, d√©pend de la m√©tropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et m√©ridionale, qui est un dioc√®se de l’√Čglise orthodoxe roumaine (Patriarcat de Roumanie).

La paroisse Saint-Jean-de-San-Francisco, √† Asni√®res-sur-Seine, d√©pend de l’√©parchie d’Europe occidentale, une circonscription de l’√Čglise orthodoxe serbe.

L’√Čglise protestante unie de France poss√®de dans le d√©partement des paroisses de confession luth√©rienne, comme le temple de Suresnes, et des paroisses de confession r√©form√©e, comme le temple de Neuilly-sur-Seine, le temple de la Petite √Čtoile de Levallois-Perret, le temple de Robinson ou encore la chapelle de Ville-d’Avray.

Une partie des m√©dias fran√ßais sont bas√©s dans le d√©partement, notamment plusieurs cha√ģnes de t√©l√©vision et de radio, on peut citer le Groupe TF1 (TF1, TMC, TFX, TF1 S√©rie-Film, LCI), le Groupe Canal+(Canal+, Canal+ Sport, C8, Cstar, Golf+ et tous les autres cha√ģnes du groupe), France 3 Paris-√éle de France, France 5, France √Ē, France M√©dia Monde (France 24, RFI, Monte Carlo Doualiya) le Groupe M6 (M6, W9, 6ter RTL, RTL2), Eurosport, Next Radio TV (BFMTV, RMC) KTO.

C√īt√© presse il y a¬†:

Le classement de l’Insee fait appara√ģtre une grande diversit√© entre les communes quant au revenu fiscal m√©dian par m√©nage.

Le revenu fiscal m√©dian par m√©nage du d√©partement en 2010, est de 36¬†453¬†‚ā¨, ce qui place les Hauts-de-Seine en 3 position parmi les 96 d√©partements fran√ßais derri√®re l’Essonne (36¬†894¬†‚ā¨) et les Yvelines (40¬†560¬†‚ā¨)[24]. √Ä titre de comparaison, le revenu fiscal m√©dian par m√©nage en France m√©tropolitaine est de 19¬†270¬†‚ā¨.

En 2004, le conseil g√©n√©ral avait un budget de 1,7 milliard d’euros et employait 5¬†500 agents. Le PIB par habitant est trois fois plus √©lev√© dans les Hauts-de-Seine que la moyenne nationale. Par ailleurs, le d√©partement accueille plus de 6¬†000¬†si√®ges sociaux d’entreprises.

Les Hauts-de-Seine sont la troisi√®me r√©gion NUTS-3 de l’Union europ√©enne au regard du PIB (PPA) par habitant, avec 62¬†374¬†‚ā¨ (source¬†: Eurostat) par habitant en 2002, derri√®re Paris et Inner London mais devant R√©gion de Bruxelles-Capitale et Luxembourg.

Selon l’Insee, en 2000, les Hauts-de-Seine sont le d√©partement o√Ļ le PIB/emplois est le plus √©lev√© en France¬†: 108¬†000 euros par emploi, devant Paris (86¬†000 euros) puis les Yvelines (70¬†000¬†‚ā¨) et le Rh√īne (60¬†000¬†‚ā¨). Les Hauts-de-Seine concentrent donc les emplois √† hauts revenus.

Toujours selon l’Insee, en 2000, le PIB des Hauts-de-Seine d√©passe l√©g√®rement les 90 milliards d’euros, tandis qu’en 2000, le PIB conjoint de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, les deux autres d√©partements de la petite couronne de Paris, est tout juste sous les 63 milliards d’euros.

Ce PIB de 90 milliards d’euros place les Hauts-de-Seine √† eux seuls devant de grandes m√©tropoles europ√©ennes telles que Bruxelles (57 milliards d’euros) ou Barcelone (20 milliards d’euros).

Les Hauts-de-Seine poss√®dent √©galement le deuxi√®me port fluvial d’Europe (apr√®s Duisbourg en Allemagne)¬†: le Port de Gennevilliers, dans le nord du d√©partement, avec un trafic de 3,3 millions de tonnes. Ce port est g√©r√© par Ports de Paris (anciennement Port autonome de Paris).

Au sens de la Chambre de commerce et d’industrie de r√©gion Paris – √éle-de-France (CCIP), les villes de Colombes, Courbevoie, La Garenne, Levallois, Nanterre, Neuilly, Puteaux, Rueil et Suresnes font partie du p√īle Paris-La D√©fense, v√©ritable cŇďur √©conomique du Grand Paris, incluant √©galement les arrondissements 1, 2, 8, 9, 16 et 17 de Paris.

Dans la moiti√© nord des Hauts-de-Seine se situe l’Op√©ration d’int√©r√™t national couverte par l’√Čtablissement public d’am√©nagement de la D√©fense Seine Arche, sur les communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux, o√Ļ sont implant√©s les si√®ges sociaux de grandes entreprises fran√ßaises et √©trang√®res.

La D√©fense n’est pas le seul quartier d’affaires du d√©partement. Le quartier du Val de Seine √©tal√© sur Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux et Paris 15 conna√ģt un fort d√©veloppement et accueille au d√©but des ann√©es 2010 de nombreux projets de bureaux.

Le sud-est du d√©partement accueille les si√®ges de trois cha√ģnes de t√©l√©vision fran√ßaises¬†: TF1 (√† Boulogne-Billancourt), Canal+ (√† Issy-les-Moulineaux) et France 5 (√† Issy-les-Moulineaux), et le reste du d√©partement accueille √©galement les si√®ges des cha√ģnes M6, W9 (commune de Neuilly-sur-Seine) et le bureau parisien de la cha√ģne TMC.

Au classement du Fortune Global 500, en 2008, 10 entreprises sont bas√©es dans les Hauts-de-Seine¬†: Total (8e position mondiale) √† Courbevoie, Carrefour (33) √† Boulogne-Billancourt, Saint-Gobain (110) √† Courbevoie, Renault (119) √† Boulogne, Vinci (169) √† Rueil, Alstom (338) √† Levallois, Schneider Electric (342) √† Rueil, L’Or√©al (355) √† Clichy, Sodexo (473) √† Issy-les-Moulineaux, Eiffage (488) √† Asni√®res et enfin Thales (498) √† Neuilly, ce qui donne aux Hauts-de-Seine une importance d√©cisionnelle majeure.

√Ä l’exception de L’Or√©al √† Clichy et d’Eiffage √† Asni√®res, l’int√©gralit√© de ces groupes sont bas√©s soit dans le p√īle √©conomique Paris-La D√©fense, soit au Val de Seine.

Le département est pourvu de centres commerciaux à rayonnement régional :

D’autres centres se trouvent en limite du d√©partement¬†:

Communs à plusieurs communes :

Dans les communes :

Le d√©partement regroupe une s√©rie d’√©difices de styles architecturaux bien diff√©rents¬†:

Parmi les autres sites remarquables, on trouve :

Soit un total d’environ 12¬†400 pieds.

Dans la culture locale, certaines communes du département sont appelées autrement que par leur nom officiel, pour des raisons historiques ou par simplicité.

Ces noms non officiels apparaissent aléatoirement à la place des noms officiels sur les cartes, les panneaux ou la communication des municipalités.

L’op√©ration des Avant Seine permet depuis 2005 de mettre un coup de projecteur sur la sc√®ne rock francilienne en permettant √† six groupes franciliens s√©lectionn√©s de se produire sur une des sc√®nes du festival Rock en Seine. Chacun de ces groupes a l’occasion de voir un de ses titres √©dit√© sur une compilation diffus√©e gratuitement √† 80¬†000¬†exemplaires.

C’est √† la suite d’une dispute en coulisses aux r√©percussions tr√®s m√©diatis√©es, juste avant leur passage sur sc√®ne lors du festival Rock en Seine de 2009, que le groupe de rock anglais Oasis s’est s√©par√©. Fin 2009, le groupe s’est partiellement reform√© sous le nom Beady Eye.

Le d√©partement des Hauts-de-Seine a √©t√© l’objet d’un r√©cit autobiographique de Peter Handke, qui l’a surnomm√© ¬ę¬†la baie de personne¬†¬Ľ dans son livre Mon ann√©e dans la baie de personne en 1994. L’√©crivain habitait Chaville, et d√©crit le d√©partement dans une prose po√©tique.

De grands noms du mouvement impressionniste ont peint des fragments du d√©partement qui n’√©tait pas encore enti√®rement urbanis√©¬†:

Du fait de sa proximit√© avec Paris et de son caract√®re tr√®s urbain, le d√©partement des Hauts-de-Seine appara√ģt dans de tr√®s nombreux films. R√©cemment, des sc√®nes du film Mesrine, L’Ennemi public n¬į 1, de Jean-Fran√ßois Richet, furent tourn√©es √† Clichy en 2007, o√Ļ Jacques Mesrine a pass√© une partie importante de sa vie,. Neuilly sa m√®re¬†!, tourn√© en 2008 √† Neuilly-sur-Seine, de Gabriel Julien-Laferri√®re, refl√®te les st√©r√©otypes du d√©partement et plus particuli√®rement de la ville de Neuilly.

Le film Tout ce qui brille, sortie en 2010 a majoritairement était tourné à Puteaux et à La Défense

Les arri√®re-plans des cha√ģnes de la TNT locales, comme NRJ Paris, reprennent tr√®s souvent des vues sur La D√©fense. Plusieurs cha√ģnes de t√©l√©vision ayant leur si√®ge et leurs studios d’enregistrement du journal dans les Hauts-de-Seine, telles que TF1 ou M6, les plans sur le d√©partement sont tr√®s fr√©quents, ainsi que des √©missions et des reportages tourn√©s dans le d√©partement.

Les Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly (The Paris Boys Choir) est l’un des chŇďurs de gar√ßons fran√ßais parmi les plus r√©put√©s au monde. Actif depuis 1956 au sein de l’Institution Notre-Dame de Sainte-Croix √† Neuilly-sur-Seine, il est dirig√© par Fran√ßois Polg√°r depuis 1983.

Les Petits Chanteurs d’Asni√®res est une chorale de gar√ßons qui a connu un large succ√®s dans les ann√©es 1970, Eddie Barclay l’ayant choisie pour former Les Poppys, groupe qui a vendu pr√®s de quatre millions d’albums dans le monde. Renouvelant ses membres au cours du temps, la chorale continue de se produire, fait des concerts partout en France et accompagne des stars de la chansons telles que C√©line Dion, Johnny Hallyday, Alain Souchon, H√©l√®ne S√©gara, Pascal Obispo ou encore Enrico Macias.

Auteuil, Neuilly, Passy, ¬ę¬†Rap B.C.B.G.¬†¬Ľ des Inconnus datant de 1991, donne une image tr√®s st√©r√©otyp√©e de la ville Neuilly au sein des Hauts-de-Seine. Le groupe de rap fran√ßais Lunatic donnait une tout autre image du d√©partement dans des morceaux tels que 92 I bien que parlant encore de ¬ę¬†comptes blind√©s √† la BNP¬†¬Ľ.

Les personnalités, nées, mortes ou ayant vécu dans le département sont très nombreuses. On se référera aux sections correspondantes dans chacun des 36 articles des communes altoséquanaises.

Par périodes historiques successives

Par date de publication (idem infra)

Publication récente

Pourquoi travailler avec Toiture de France

Tarifs Compétitifs
& Transparent

Devis Gratuit
Disponible

Disponible
7j/7

Artisan
Expérimentés

Service Client
100% Satisfaction

Intervention
Rapide

Quelques chiffres à propos d'Toiture de France

Toiture de France propose de nombreux services¬† dans en Seine-et-Marne. Voici quelques chiffres qui montrent l’ensemble de notre travail accomplis au cours de l’ann√©e.

+ 0
Ans d'expériences
+ 0
interventions en 2021
+ 0
Toitures Réalisées en 2021
+ 0
Entreprises Partenaires