Nous appeler

RĂ©paration de Toiture Esbly (77450)

✓ Service ✓ Savoir-faire ✓ Expertise

La Remise en Ă©tat de votre toit est notre raison d’ĂȘtre Ă  Esbly, 77450

Vous avez trouvĂ© que votre couverture nĂ©cessite une remise en Ă©tat Ă  Esbly ? Vous ne savez pas comment rĂ©soudre ce problĂšme ? Vous prĂ©voyez des prestations de couverture ? Aucun souci, notre entreprise est  le couvreur Ă  Esbly qu’il vous faudra !

toiture endommagée réparé Esbly

Nous remettons en Ă©tat tout type de couverture Ă  Esbly

Avant d’entretenir une rĂ©fection de toiture, notre couvreur doit commencer par dĂ©tecter la cause de l’usure, celle-ci pouvant ĂȘtre trop diffĂ©rente. Le couvreur va alors effectuer une vĂ©rification visuelle de votre toit par l’intĂ©rieur afin de situer tous les endroits oĂč il n’y a pas des ardoises ou tuiles. Ensuite, il se rendra sur votre toit pour accomplir une vĂ©rification approfondie de celui-ci. À l’issue de cette Ă©valuation, il pourra vous dire la liste des travaux d’entretien de toiture Ă  Esbly qu’il peut effectuer pour assurer son Ă©tanchĂ©itĂ©. Ensuite, il vous remettra un devis de rĂ©fection de revĂȘtement de toiture Ă  Esbly. En consĂ©quence aprĂšs votre validation, nous pourrons commencer le chantier.

La remise Ă  neuf de toiture dans la ville de Esbly

La remise Ă  neuf de toiture peut ĂȘtre intĂ©grale lorsqu’elle est totalement Ă  refaire. Cela peut ĂȘtre le cas au cas oĂč elle est trĂšs ancienne ou aprĂšs des dangers climatiques. Dans cette derniĂšre situation, il vaut mieux faire recours Ă  votre assureur. Notre Ă©tablissement de couverture sur Esbly
installe un bĂąchage d’urgence qui permet de protĂ©ger votre toit de façon temporaire en attendant de pouvoir rĂ©installer votre toiture de façon intĂ©grale.

Dans le cadre d’une remise en Ă©tat de toit dans la ville de Esbly
partielle, la remise en Ă©tat la plus frĂ©quente est le changement de tuiles que ce soit puisqu’elles se sont dĂ©tachĂ©es ou parce que certaines ont Ă©tĂ© brisĂ©es. Le changement de tuiles est soumis Ă  une procĂ©dure dĂ©finie bien maitrisĂ©e par notre artisan couvreur qui prendra toutes les prĂ©cautions utiles pour enlever la toiture Ă  changer et poser la nouvelle tuile en la posant d’une façon parfaite Ă  l’ensemble de sorte que le tout devienne dur et Ă©tanche.
Vous retrouverez au sommet de votre toiture une ligne de tuiles appelĂ©e faĂźtage. La remise Ă  neuf de toiture concerne ce dernier quand il est abĂźmĂ© ou qu’il qu’il bouge en cas de vent. Notre couvreur sur Esbly a des suggestions Ă  vous proposer afin que cela ne revienne plus.

Remise en état des différents éléments sur votre toiture

couvreur sur le toit avec harnais entrain de réparer toit à Esbly

Par ailleurs, outre le changement de tuiles, l’entretien de toit sur Esbly
peut aussi concerner les Ă©lĂ©ments posĂ©s sur le toit. Alors notre agence de toiture peut effectuer la remise Ă  neuf d’une piĂšce de cheminĂ©e, colmater une fuite sur celle-ci ou encore remettre l’étanchĂ©itĂ© lorsque celle-ci est menacĂ©e par une dĂ©fectueuse jonction entre les ouvertures de toit ou entre des plaques photovoltaĂŻques et la toiture. Il rĂ©alisera toutes les missions de zinguerie indispensables.
Lorsque votre toiture vieillit, appelez notre entreprise de couverture afin que les travaux soient entrepris rapidement. Cela vous Ă©vitera de vous procurer d’une facture de rĂ©paration de toit Ă  Esbly avec un tarif vraiment cher !

Nous Appeler

À propos de Esbly

Esbly (prononcĂ© [ɛsbli] ) est une commune française situĂ©e dans le dĂ©partement de Seine-et-Marne en rĂ©gion Île-de-France.

La commune d’Esbly est riveraine Ă  la riviĂšre Marne en rive gauche (cĂŽtĂ© sud), Ă  40 km Ă  l’est de Paris et 11 km au sud-ouest de Meaux [2].

La commune est limitrophe de cinq autres communes, :

L’altitude de la commune varie de 42 mĂštres, au nord Ă  la Marne, Ă  111 mĂštres pour le point le plus haut au lieu-dit les Quatre Vents , le centre du bourg se situant Ă  environ 47 mĂštres d’altitude (mairie). Elle est classĂ©e en zone de sismicitĂ© 1, correspondant Ă  une sismicitĂ© trĂšs faible[5].

Le rĂ©seau fluvial de la commune se compose de six cours d’eau rĂ©fĂ©rencĂ©s :

Une partie de la commune a été inondée en janvier 2018 par une crue de la Marne.

La longueur totale des cours d’eau sur la commune est de 6,54 km.

Afin d’atteindre le bon Ă©tat des eaux imposĂ© par la Directive-cadre sur l’eau du , plusieurs outils de gestion intĂ©grĂ©e s’articulent Ă  diffĂ©rentes Ă©chelles : le SDAGE, Ă  l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, Ă  l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs gĂ©nĂ©raux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le dĂ©partement de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie.

La commune fait partie du SAGE « Petit et Grand Morin », approuvĂ© le . Le territoire de ce SAGE comprend les bassins du Petit Morin (630 km) et du Grand Morin (1 185 km2). Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurĂ©s par le syndicat Mixte d’AmĂ©nagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifiĂ© de « structure porteuse »[15].

La commune bĂ©nĂ©ficie d’un « climat ocĂ©anique dĂ©gradĂ© des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France dĂ©finie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalitĂ© des communes de Seine-et-Marne.

Les paramĂštres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les tempĂ©ratures et huit pour les prĂ©cipitations, dont les valeurs correspondent aux donnĂ©es mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractĂ©risant la commune sont prĂ©sentĂ©es dans l’encadrĂ© ci-contre[16]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis Ă©voluer. Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e en 2014 par la Direction gĂ©nĂ©rale de l’Énergie et du Climat prĂ©voit en effet que la tempĂ©rature moyenne devrait croĂźtre et la pluviomĂ©trie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations rĂ©gionales. Cette Ă©volution peut ĂȘtre constatĂ©e sur la station mĂ©tĂ©orologique historique de MĂ©tĂ©o-France la plus proche, Melun – Villaroche , qui se trouve Ă  34 km Ă  vol d’oiseau[19], oĂč la tempĂ©rature moyenne annuelle Ă©volue de 11,2 °C pour 1981-2010 Ă  11,6 °C pour 1991-2020[21].

L’inventaire des zones naturelles d’intĂ©rĂȘt Ă©cologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de rĂ©aliser une couverture des zones les plus intĂ©ressantes sur le plan Ă©cologique, essentiellement dans la perspective d’amĂ©liorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux diffĂ©rents dĂ©cideurs un outil d’aide Ă  la prise en compte de l’environnement dans l’amĂ©nagement du territoire.

Le territoire communal d’Esbly comprend une ZNIEFF de type 1,,, « les PrĂ©s » (17,94 ha), couvrant 2 communes du dĂ©partement[23].

Esbly est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densitĂ© intermĂ©diaire, au sens de la grille communale de densitĂ© de l’Insee,,,. Elle appartient Ă  l’unitĂ© urbaine de Bailly-Romainvilliers, une agglomĂ©ration intra-dĂ©partementale regroupant 14 communes[27] et 51 652 habitants en 2017, dont elle est ville-centre,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire regroupe 1 929 communes[30][31].

La commune compte 41 lieux-dits administratifs répertoriés consultables ici[32] (source : le fichier Fantoir).

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de donnĂ©es europĂ©enne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquĂ©e par l’importance des territoires artificialisĂ©s (85,2 % en 2018), en augmentation par rapport Ă  1990 (79 %). La rĂ©partition dĂ©taillĂ©e en 2018 est la suivante : zones urbanisĂ©es (71,6% ), terres arables (9,2% ), espaces verts artificialisĂ©s, non agricoles (7,4% ), zones industrielles ou commerciales et rĂ©seaux de communication (6,2% ), forĂȘts (5,7 %).

ParallĂšlement, L’Institut Paris RĂ©gion, agence d’urbanisme de la rĂ©gion Île-de-France, a mis en place un inventaire numĂ©rique de l’occupation du sol de l’Île-de-France, dĂ©nommĂ© le MOS (Mode d’occupation du sol), actualisĂ© rĂ©guliĂšrement depuis sa premiĂšre Ă©dition en 1982. RĂ©alisĂ© Ă  partir de photos aĂ©riennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, Ă©quipements, activitĂ©s Ă©conomiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu’Ă  81 postes, diffĂ©rente de celle de Corine Land Cover,,. L’Institut met Ă©galement Ă  disposition des outils permettant de visualiser par photo aĂ©rienne l’Ă©volution de l’occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

La loi SRU du a incitĂ© les communes Ă  se regrouper au sein d’un Ă©tablissement public, pour dĂ©terminer les partis d’amĂ©nagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratĂ©gique des politiques publiques Ă  une grande Ă©chelle et Ă  un horizon de 20 ans et s’imposant aux documents d’urbanisme locaux, les PLU (Plan local d’urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Pays créçois, approuvĂ© le .

La commune disposait en 2019 d’un plan local d’urbanisme approuvĂ©. Le zonage rĂ©glementaire et le rĂšglement associĂ© peuvent ĂȘtre consultĂ©s sur le GĂ©oportail de l’urbanisme[Carte 4].

En 2016, le nombre total de logements dans la commune Ă©tait de 2 751 dont 70,3 % de maisons et 28 % d’appartements.

Parmi ces logements, 90,9 % étaient des résidences principales, 2,5 % des résidences secondaires et 6,5 % des logements vacants.

La part des mĂ©nages fiscaux propriĂ©taires de leur rĂ©sidence principale s’Ă©levait t Ă  75,9 % contre 22,2 % de locataires dont, 3,9 % de logements HLM louĂ©s vides (logements sociaux)[Note 8] et, 1,9 % logĂ©s gratuitement.

La commune est desservie par la gare d’Esbly sur la ligne Transilien Paris-Est – Meaux (Transilien P) et terminus de la ligne Esbly – CrĂ©cy-la-Chapelle.

La gare des Champs Forts sur la ligne Esbly – CrĂ©cy-la-Chapelle a Ă©tĂ© supprimĂ©e en septembre 2008 en raison de dĂ©gradations trop rĂ©guliĂšres.

La commune est desservie par plusieurs lignes de bus du rĂ©seau d’autobus d’Île-de-France organisĂ© par Île-de-France MobilitĂ©s, ce sont :

Cette ligne en site propre, appelĂ© Bus EVE pour Esbly-Val d’Europe, vise Ă  relier la gare d’Esbly au centre hospitalier de Marne-la-VallĂ©e, via les gares de Marne-la-VallĂ©e – Chessy et du Val d’Europe, desservant ainsi le complexe Disneyland Paris et le centre urbain du Val d’Europe. À l’horizon 2027, elle devrait desservir les communes de Chessy, Coupvray, Esbly, Jossigny, Magny-le-Hongre, MontĂ©vrain, Montry et Serris.

D’aprĂšs le dictionnaire de Seine-et-Marne de Stern et Hubert, c’est vers 1140 qu’apparaĂźt la premiĂšre mention sous la forme Capela Esbeliaci de ce qui n’Ă©tait encore qu’un hameau de la paroisse de Saint-Germain-lĂšs-Couilly (ou Saint-Germain-sous-Couilly). Esbly a portĂ© plusieurs noms au cours des Ăąges : Abeli, Abelicium, Esbliaco, Esbliacum, E Beli, Ebli. La commune porterait son nom actuel d’Esbly depuis 1789[40].

Le territoire d’Esbly est un site d’occupation ancienne. La mise au jour de tombeaux celtiques et de monnaies de la peuplade belge des Leici, portant sur une face une tĂȘte de sanglier et sur l’autre une tĂȘte humaine, indique que les Celtes y ont vĂ©cu dĂšs les VIĂšme, VĂšme siĂšcles avant J.C.

Jusqu’au XIIĂšme siĂšcle, la localitĂ© releva de l’archevĂȘchĂ© de Sens et sa seigneurie de l’abbaye de Saint-Germain-Des-PrĂ©s qui possĂ©dait le territoire de Saint-Germain-Les-Couilly dans lequel Ely se trouvait englobĂ© Ă  Montry.

Une chapelle fut Ă©rigĂ©e en 1185 par l’Ă©vĂȘque de Meaux, Simon de Lizy, oĂč un chapelain venait officier le dimanche.

Les abbayes Sainte-GeneviĂšve de Paris et Pont-aux-Dames possĂ©daient quelques terres Ă  Esbly (notamment la prairie qui s’Ă©tend du bas de Coupvray au pont d’Esbly) qui furent transformĂ©es en vivier par le Comte de CrĂ©cy, vassal du Comte de Champagne jusqu’en 1285 et vassal du roi ensuite.

Possession de la famille de Vaudetar depuis l’Ă©poque du roi Philippe de Valois, la seigneurie d’Esbly passa en 1630 Ă  la famille Charlet qui la conserva jusqu’en 1778. Les Charlet habitaient un chĂąteau situĂ© rue Victor Hugo. Charlet, abbĂ© de Verdelot et seigneur d’Esbly, fit construire sur un terrain qu’il donna Ă  la paroisse, l’église actuelle inaugurĂ©e le 24 juin 1692.

En 1742 la prairie du Vivier a Ă©tĂ© vendue Ă  l’oncle du Prince de Rohan : le Cardinal de Reims. Quelques annĂ©es plus tard, en 1778, le domaine des Charlet fut adjugĂ© au prince Louis de Rohan Seigneur de Coupvray. Le dernier seigneur d’Esbly, le Marquis d’Arvilliers racheta les terres vers 1791. Sur le coteau sud de la ville que l’on appelait alors la « petite Bourgogne » (actuellement rue des Vignes), le marquis possĂ©dait une vigne dont le cru Ă©tait l’un des plus apprĂ©ciĂ©s de la Brie (un pressoir communal existait d’ailleurs Ă  l’emplacement de l’Ă©glise).

Vers 1893-1895, Esbly devient comme beaucoup de villes une « commune républicaine » dont le premier Maire fut Claude Frager.

La population de la ville augmenta au cours des siĂšcles. La construction de la gare en 1870 favorisa l’expansion du bourg qui comptait Ă  cette date 400 habitants. En 1894 la commune comptait 600 habitants ce qui amena la crĂ©ation du bureau de poste, d’une brigade de gendarmerie Ă  pied, de services omnibus desservant CrĂ©cy, Couilly, Quincy et Coupvray.

Esbly fait partie de Val d’Europe AgglomĂ©ration avec 9 autres communes. Elle y a Ă©tĂ© intĂ©grĂ©e avec Montry et Saint-Germain-sur-Morin par choix en 2020, dĂ» Ă  l’explosion de l’ancienne communautĂ© de communes du Pays Créçois dont elles faisaient partie de 2013 Ă  2020,.

La commune se trouve dans l’arrondissement de Meaux du dĂ©partement de Seine-et-Marne. Pour l’Ă©lection des dĂ©putĂ©s, elle fait partie depuis 1988 de la cinquiĂšme circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Crécy-la-Chapelle. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Serris.

La commune est trĂšs stable politiquement et ancrĂ©e Ă  droite depuis plus d’une dĂ©cennie.

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usĂ©es et pluviales relĂšve des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rĂŽle des EPCI Ă  fiscalitĂ© propre en leur transfĂ©rant cette compĂ©tence. Ce transfert devait en principe ĂȘtre effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilitĂ© d’un report de ce transfert au ,.

En 2020, la gestion du service d’assainissement collectif de la commune d’Esbly est assurĂ©e par Val d’Europe AgglomĂ©ration (CAVEA) pour la collecte, le transport et la dĂ©pollution,,.

L’assainissement non collectif (ANC) dĂ©signe les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un rĂ©seau public de collecte des eaux usĂ©es et qui doivent en consĂ©quence traiter elles-mĂȘmes leurs eaux usĂ©es avant de les rejeter dans le milieu naturel. Val d’Europe AgglomĂ©ration (CAVEA) assure pour le compte de la commune le service public d’assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vĂ©rifier la bonne exĂ©cution des travaux de rĂ©alisation et de rĂ©habilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[48][52].

En 2020, l’alimentation en eau potable est assurĂ©e par Val d’Europe AgglomĂ©ration (CAVEA) qui en a dĂ©lĂ©guĂ© la gestion Ă  la SAUR, dont le contrat expire le ,.

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classĂ©es en zone de rĂ©partition des eaux (ZRE), signifiant un dĂ©sĂ©quilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce dĂ©sĂ©quilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualitĂ© en permanence sur le territoire du dĂ©partement, le troisiĂšme Plan dĂ©partemental de l’eau signĂ©, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sĂ©curisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a Ă©tĂ© prĂ©parĂ© et publiĂ© en dĂ©cembre 2020 un schĂ©ma dĂ©partemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont dĂ©finis. La commune fait partie du secteur Meaux.

Les habitants sont appelés les Esblygeois.

L’Ă©volution du nombre d’habitants est connue Ă  travers les recensements de la population effectuĂ©s dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations lĂ©gales des communes sont publiĂ©es annuellement par l’Insee. Le recensement repose dĂ©sormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une pĂ©riode de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquĂȘte de recensement portant sur toute la population est rĂ©alisĂ©e tous les cinq ans, les populations lĂ©gales des annĂ©es intermĂ©diaires Ă©tant quant Ă  elles estimĂ©es par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© en 2007[57].

En 2020, la commune comptait 6 464 habitants, en augmentation de 3,86 % par rapport à 2014 (Seine-et-Marne : +3,69 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Esbly est situĂ©e dans l’acadĂ©mie de CrĂ©teil.

La ville administre en 2010 deux écoles maternelles (Les Couleurs et Champs-Forts) et deux écoles élémentaires[60] (Centre et Champs-Forts) communales.

Le département gÚre, en 2011, le collÚge Louis-Braille.

La rĂ©gion ne gĂšre pas de lycĂ©e Ă  Esbly, les Ă©lĂšves poursuivent leur scolaritĂ© dans l’un des lycĂ©es des communes proches (Meaux, Serris…).

Esbly administre une Ă©cole de musique, l’Ă©cole Maurice-Ravel, qui accueille tous sortes de musiciens : pianistes, saxophonistes, batteurs, bassistes, guitaristes et un groupe de rock.

La commune possĂšde plusieurs associations sportives telles que la Fraternelle Sportive d’Esbly (F.S.E Football), F.S.E Amis Cyclos, F.S.E KaratĂ©, Compagnie d’Arc, F.S.E Volley ball (oĂč les cadets ont fini 1 du championnat DĂ©partemental), ainsi qu’un club de Judo[62].

La ville d’Esbly est trĂšs attachĂ©e Ă  son histoire et Ă  son patrimoine. C’est d’ailleurs pour cela que Les Familles Rurales, “club uniquement fĂ©minin au dĂ©part” a eu autant de succĂšs. Cette association organise toutes sortes d’Ă©vĂ©nements conviviaux : Bourse aux vĂȘtements, brocantes, lotos, sorties[rĂ©f. nĂ©cessaire]


La mairie publie chaque mois le journal-magazine Vivre Ă  Esbly, qui relĂšve notamment les dĂ©penses publiques, les Ă©vĂ©nements prĂ©vus, de petites annonces…

En 2010, le revenu fiscal mĂ©dian par mĂ©nage Ă©tait de 37 834 €, ce qui plaçait Esbly au 3 890 rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 mĂ©nages en mĂ©tropole[64].

En 2018, le nombre total d’emplois dans la zone Ă©tait de 1 103, occupant 2 933 actifs rĂ©sidants (dont 14,3 % dans la commune de rĂ©sidence et 85,7 % dans une commune autre que la commune de rĂ©sidence).

Le taux d’activitĂ© de la population (actifs ayant un emploi) ĂągĂ©e de 15 Ă  64 ans s’Ă©levait Ă  71,4 % contre un taux de chĂŽmage de 7,5 %. Les 21,1 % d’inactifs se rĂ©partissent de la façon suivante : 9,1 % d’étudiants et stagiaires non rĂ©munĂ©rĂ©s, 5,8 % de retraitĂ©s ou prĂ©retraitĂ©s et 6,2 % pour les autres inactifs.

Au , le nombre d’unitĂ©s lĂ©gales et d’établissements (activitĂ©s marchandes hors agriculture) par secteur d’activitĂ© Ă©tait de 455 dont 21 dans l’industrie manufacturiĂšre, industries extractives et autres, 60 dans la construction, 132 dans le commerce de gros et de dĂ©tail, transports, hĂ©bergement et restauration, 24 dans l’Information et communication, 11 dans les activitĂ©s financiĂšres et d’assurance, 16 dans les activitĂ©s immobiliĂšres, 76 dans les activitĂ©s spĂ©cialisĂ©es, scientifiques et techniques et activitĂ©s de services administratifs et de soutien, 68 dans l’administration publique, enseignement, santĂ© humaine et action sociale et 47 Ă©taient relatifs aux autres activitĂ©s de services.

En 2020, 75 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 54 individuelles.

Au , la commune ne disposait pas d’hîtel et de terrain de camping[67].

Esbly est dans la petite rĂ©gion agricole dĂ©nommĂ©e les « VallĂ©es de la Marne et du Morin », couvrant les vallĂ©es des deux riviĂšres, en limite de la Brie. En 2010, l’orientation technico-Ă©conomique[Note 10] de l’agriculture sur la commune est la culture de cĂ©rĂ©ales et d’olĂ©oprotĂ©agineux (COP).

Si la productivitĂ© agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tĂȘte des dĂ©partements français, le dĂ©partement enregistre un double phĂ©nomĂšne de disparition des terres cultivables (prĂšs de 2 000 ha par an dans les annĂ©es 1980, moins dans les annĂ©es 2000) et de rĂ©duction d’environ 30 % du nombre d’agriculteurs dans les annĂ©es 2010. Cette tendance n’est pas confirmĂ©e au niveau de la commune qui voit le nombre d’exploitations rester constant entre 1988 et 2010. ParallĂšlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 126 ha en 1988 Ă  90 ha en 2010[68]. Le tableau ci-dessous prĂ©sente les principales caractĂ©ristiques des exploitations agricoles d’Esbly, observĂ©es sur une pĂ©riode de 22 ans :

La commune compte un monument rĂ©pertoriĂ© Ă  l’inventaire des monuments historiques (Base MĂ©rimĂ©e) :

Le pont de bois a Ă©tĂ© construit entre 1845 et 1850 au-dessus du canal de Chalifert, c’est un des rares pont de bois subsistant construit au XIX siĂšcle[73].

Le pont actuel en bĂ©ton prĂ©contraint construit en voussoirs prĂ©fabriquĂ©s, projetĂ© en 1948 par l’ingĂ©nieur EugĂšne Freyssinet, rĂ©alisĂ© par l’entreprise Campenon-Bernard, fait partie de la sĂ©rie des ponts sur la Marne.

Publication récente

Pourquoi travailler avec Toiture de France

Tarifs Compétitifs
& Transparent

Devis Gratuit
Disponible

Disponible
7j/7

Artisan
Expérimentés

Service Client
100% Satisfaction

Intervention
Rapide

Quelques chiffres Ă  propos d'Toiture de France

Toiture de France propose de nombreux services  dans en Seine-et-Marne. Voici quelques chiffres qui montrent l’ensemble de notre travail accomplis au cours de l’annĂ©e.

+ 0
Ans d'expériences
+ 0
interventions en 2021
+ 0
Toitures Réalisées en 2021
+ 0
Entreprises Partenaires